• Aujourd'hui, j'ai vingt ans!

                                Passe-temps, halo des roses….

                                                           Passe rose à l'éclose

                                                           Passe l'heur à l'ailleurs

                                                           Tant de 'tant' ne durent qu'une rose

                                                           Et cent ans ne durent là qu'une heure…

                                                           Passent rapaces les nuits et les jours

                                                           Rien de toujours ne résiste aux carrefours

                                                           Et tout  s'en fuit qui ne laisse que les pleurs...

                                                       Demeurent les heurts,  mordent torses les peurs

                                                           Et des mille et cent serments sans retour

                                                           Reste peu si peu de choses aux détours  -

                                                           Un rêve trêve  rose à l'eau des roses

                                                           Un halo à l'or où la vie prend la pose

                                                       Quelques taons tannant d'un vieux printemps morose...

                                                           Passerose à l'ailleurs

                                                           Passe l'heur à l'éclose

                                                           Tant de temps ne tiennent pas l'heure

                                                           Et cent 'tant' pèsent moins que rose!

     

    Billet d'humeur, dit-on.

    Billet de bonne humeur, pour une fois.

    Parce que...

    Parce que!

    Aujourd'hui, j'ai vingt ans!

    Voyage sans bagages : du présent fuyant à ce présent  passé  -quand la mort accouche une vie.

    Voyage extraordinaire d'une bouteille à la mer de leurs larmes: un mot, un cri  -

    Un don contre le silence du tombeau...

    Voyage au cordeau des corps qui s'ignorent et se mélangent,

    Voyage au virage des vies et des rages: contre le mot fin, contre le destin  -

    Pied-de-nez à la faucheuse et à ses appétits de noirs festins.

    Voyage immobile d'une mémoire, d'une histoire : d'un départ sans oubli -

    Camouflet asséné au hasard et à ses tours assassins.

    Voyage par procuration : d'un lien si lointain, d'un lien comme un aimant  -

    Lien où se délient les nœuds gloutons du néant.

    Aujourd'hui, j'ai vingt ans!

    Voyage vers le passé: vers ce cadeau sans prix d'où naquit le futur -

    Comme un possible au ciel à l'envers, quand tout change.

    Aujourd'hui comme hier...

    Drôle de jour pourtant, drôle de rêve, drôle de sourire   -drôle de toubib aussi.

    Aujourd'hui au miroir de verre...

    Un jour en pleine nuit,  un sourire un peu forcé, un toubib en coup de vent  -force huit, avis de tempête.

    Aujourd'hui en mémoire de chair...

    Un jour contre les taons des contretemps, des contredits, des contre tout  et de tous les c'est ainsi au comptoir des ci-git.

    Un jour contre tant de temps -

    Et l'espoir qui s'entête...

    Un jour, en pleine nuit:

    Vingt-quatre heures  pour tant de tant au carrefour des promesses et des interdits -

    86400 battements de cœur contre quinze ans au gouffre des plus tard.

    Aujourd'hui, j'ai vingt ans!

    Voyage en mirage: de ce que je n'ai pas su, pas pu, pas eu, tellement voulu, à ces peut-être tout soudain offerts  - une  rivière née à l'espère.

    Aujourd'hui loin de l'enfer...

    Drôle de vie tout de même, drôle de folie, drôles d'envies  -drôles de tout.

    Une vie à l'incroyable sursis et des envies d'avant;

    Envies de printemps, d'enfin ou de toujours aux lits de velours...

    Aujourd'hui, j'ai vingt ans!

    Voyage en hommage: à l'inconnu,  aux reconnus   -clin d'œil,  baiser,  salut.

    Aujourd'hui pour un mystère...

    Drôle d'idée, drôle d'ivraie, drôle de liesse livrée à livre ouvert :

    Au manque, au surplus, à l'autre, aux autres  -au détour des grammaires.

    Ça et cette vie à l'entre-temps, l'entregent, l'entrevue, l'antre-nous!

    Aujourd’hui j'ai vingt ans:

    Voyage sans armes ni breuvages aux jours obscurs d'hier  -

    Nuit aux néons, cœur battant au temps qui s'enfuit...

    Drôle d'état, drôle d'endroit, drôle de moi  -sacré toubib, c'est dit.

    État second,

    Second delta,

    Fleuve-larmes, lames en galères  -

    L'air d'un combat...

    Endroit à l'envers d'une horloge au charme noir d'un ralenti,

    Moi en tangage, en éveil, en genèse : à naître enfin au monde.

    Moi et mes songes   -toubib expert...

    Qui mise,  peut,  sait, gagne.

    Gagne en double mixte tout de même, parce que, par toutes les cellules de mon corps, de toute ma rage, ma force, ma fièvre, de mes frissons même, je l'ai voulu ce rein!

    Aujourd'hui j'ai vingt ans : merci aux donneurs, merci aux chercheurs, merci aux toubibs or not to be...

    Et merci Docteur : merci pour tout  -

    D'être là, d'être comme ça, d'être vous...

    Aujourd’hui comme hier !

    Aujourd'hui...

    Aujourd'hui c'est un voyage sans cordage au radeau du temps,

    Une ponctuation au chapitre ouvert d'un roman.

    Un état mêlé ; de rires contre les larmes, d'une vie contre la mort.

    Et de joies, de drames : l'alpha et l'oméga sans doute, la vie à l'encore ?

    Aujourd'hui j'ai vingt ans,

    Et je me souviens;

    Me souviens d'envies nouvelles: de drôles d'envies, drôles d'attentes, drôles de rêves, drôles de faims...

    Aujourd'hui j'ai vingt ans et comme une drôle d'envie d'en profiter -à l'envi, aux folies, sans tarder!

    Vingt ans...

     

                                     Tant passe à l'eau des roses…

                                                                         

                                                                      Passe rose, vienne l'heure

                                                                      Rose à l'eau  du monde

                                                                      Rose halo d'ardeur....

                                                                      La fièvre pousse à la ronde

                                                                      Passe qui l'ose

                                                                      Et tienne la pause...

                                                                 Passent les choses en noir corbeau qui nous taille:

                                                                      Corps beau de nos proses

                                                                      Cordeau en semailles...

                                                                      Et le temps en taon alors s'égaille

                                                                      Qui des 'tant' d'antan  fait ripailles

                                                                      Sachant qu'il est court le temps des roses  -

     

                                                                      A garder les autres et leurs cœurs,

                                                                 A avoir encore cette envie d’autre chose, d’autres heures !

                           J.W., Tous droits réservés.

  • Donner: au corps-accord symbolique -et charnel : le don d'organes

    L’article est ancien, 2006, et vaut pour ce qu’il est : une photographie un peu « passée » d’un moment sociétal, d’un moment individuel -un instantané de la pensée en marche (à suivre et reprendre donc…) !

     

    Soi, corps-soi, corps du soi –don de soi

    (La transplantation)

    Lire la suite

  • Pfff!

    Pfff...

    Plus de mots, trop de maux, la vie à vau-l'eau;

    Plus de larmes, tant de drames, un immense vacarme.

    Berceaux en caveaux, prière en noir tombeau;

    Psaumes en sombres charmes, versets versés en armes...

    Des hommes en gueux, des gueux en dieux, des dieux en diables,

    Des diables en chair, des chairs en sang, du sang pour préalable -

    Et tout est flou.

    Flou, fou -tout!

    Mais l'enfant regarde tourner le monde...

    Flous, fous -nous!

    Mais l'enfant dans sa main fait danser le monde...

    Flous les mots,

    Fous les hommes -

    Nous à l'immonde.

    Flou aux mots,

    Fous des maux -

    Tout à la rage fronde.

    Flou, fous -tout!

    Et l'enfant lance-balance la boule ronde...

    Flous, fou -nous?

    Et l'enfant d'un rire-lyre réinvente le monde...

    Flous les mots d'où qu'ils viennent,

    Fou l'écrit qui pousse à la haine -

    Nous au sang blanc des hyènes!

    Flou aux mots doux à morte-peine,

    Fous les cris que poussent tant de déveines -

    Tout aux faux-semblants de nouvelles chaînes...

    Flou, flou, flou;

    Et l'enfant tremble au hoquet d'une onde...

    Fou, fou, fou;

    Et l'enfant s'accroche au bleu d'eau d'une mappemonde!

    Nous, nous, nous;

    Et l'enfant meurt au vomi de quelques bêtes immondes!

    Pffff...

    Plus de mots, trop de maux, la vie à vau-l'eau;

    Plus de larmes, tant de drames, un immense vacarme.

    Berceaux en caveaux, prière en noir tombeau;

    Psaumes en sombres charmes, versets versés en armes...

    Des hommes en gueux, des gueux en dieux, des dieux en diables,

    Des diables en chair, des chairs en sang, du sang pour préalable -

    Et tout est flou:

    Pfff!