De ce coeur....

A l’heure de l’amnésie, l’heure des peurs, des heurts et malheurs et rancœurs, il est bon de savoir d’où l’on vient : même Terre, même sang, même eau   -même «Livre» parfois, qui s’enrage à la folie hallucinée des hommes. Et si je n’ai ni Dieu ni Au-delà, si je laisse à d’autres ces majuscules qui trop souvent séparent, je garde en moi cet amour-là, cette force-là, cet espoir-là : d’une humanité « une » et plurielle, riche de ses singuliers -arc-en-ciel aux couleurs et aux accents d’hommes et de femmes à cœur battant !

De ce cœur qui bat en moi, je ne sais le roman;

Ne sais les accents;

Ne sais les pourquoi aux ailes du comment..

De ses SOS,

Ses détresses,

Ses faiblesses,

Ses tendresses...

De ses rages,

Ses mirages,

Ses voyages,

Ses naufrages...

De son premier cri à la peau d'une mère,

Son premier 't'aime' au regard qui espère,

Premier sanglot,

Premier radeau...

De ses mots, ses maux, ses guerres

Et de son tout dernier frisson aux larmes de sa mère,

Je ne sais la prière  -

                              Au ciel ou à la terre...

De ce cœur qui bat en moi, je garde trace au miroir des ans;

Je n'en sais pourtant que le sang qui de l'enfance nous pousse tous  en avant  -

La mort au tournant, la vie dans l'entretemps, entregent, entre tant, "antre-nous" contre le vent...

                 J.W.,

                           Le 26 juin 2016

Les commentaires sont fermés.